Il a alors la sensation de stagner, de régresser. par soutiens vifs et répétés pour des transferts de poids vers l'arrière : demi-arrêts, arrêts, reculers... par des effets latéraux : se portant contre l'encolure ou s'en écartant pour des transferts de poids entre les deux épaules. Il ne restera plus au charlatan qu'à vous bâilloner pour ne plus subir vos protestations !". ", "C'est pourquoi les pas de côté donnent souvent si peu de résultat pour l'ensemble du dressage, et surtout au point de vue de la recherche du rassembler, quand ils sont entrepris sans avoir été précédés du travail sur le cercle, qui fournit précisément au cavalier le moyen de régler les mouvements du postérieur interne, d'interdire sa dérobade latérale et d'imposer son engagement sous le centre.". "Un décalage important se creuse désormais entre les rythmes de vie des animaux et ceux des hommes modernes. Personne ne songeait que cette fameuse "puissance" étant la conséquence du développement musculaire, celui-ci pouvait être complètement transformé grâce à une entraînement intensif.". Après quoi, il faut naturellement que le cheval bascule pour passer sans risques les postérieurs, mais c'est un problème complémentaire, non celui de base.". J'ai vu beaucoup d'officiers monter avec des rênes presque rigides tant elles étaient cirées. "En aucun cas l'armée, en tant que corps constitué, ne pouvait prétendre à des connaissances spéciales concernant l'instruction équestre civile. "L'angoisse résulte d'un mauvais usage de l'imagination." Cette mise en récréation consiste à laisser toute liberté au cheval de s'étirer, se gratter, brouter... Cet arrêt n'a pas besoin d'être long – trente à soixante secondes suffisent – mais il ets nécessaire. C'est pourquoi il est important de comprendre comment il "fonctionne" physiquement et psychologiquement avant de savoir à quoi sert une jambe isolée ou un cinquième effet de rêne. Contrairement au veau, le poulain est un "suiveur", il suit sa mère partout. "Ce ne sont pas les occasions qui manquent, mais seulement les gens prêts à les saisir. Ensuite, vous allez prendre appui sur un étrier et lui tirailler le thorax, pour tout à coup l'enjamber et vous encastrer sur son dos de tout votre poids. Et il ne peut être assuré de la disponibilité général que dans la mesure où il donne des ordres dans tous les sens : le cheval doit réagir à la moindre pression du haut des mollets, à l'ouverture des doigts, il doit allonger sa foulée, à une action conjuguée, il doit amorcer un abaissement des hanches, venir en position de ramener, et reporter du poids sur l'arrière-main, à une légère traction de la main, il doit céder et venir en flexion latérale, S'assurer de la disponibilité de la masse, c'est recommencer en permanence cette série d'ordres. Boris Cheval, Aïna Chalabaev, Eleanor Quested, Delphine S. Courvoisier, Philippe Sarrazin, How perceived autonomy support and controlling coach behaviors are related to well- and ill-being in elite soccer players: A within-person changes and between-person differences analysis, Psychology of Sport and Exercise, 10.1016/j.psychsport.2016.10.006, 28, (68-77), (2017). La thérapeutique doit tenir compte de ces données, il faut aller au-delà du traitement ponctuel d'une lésion pour envisager de soulager des muscles à distance qui ont haubané un squelette fuyant la douleur (contracture réflexe para-vertébrale pour une lésion d'un membre). Mais par contre, y revenir, un quart d'heure après ou le lendemain.". "Porté, bercé par le poney, le petit quitte les bras du parent pour un autre corps à corps. La jambe isolée gauche favorise l'avancée du postérieur droit en raccourcissant ce côté. Des ressources enfouies au fond de nous. Le principe de l'autorité, répétons-le n'est pas condamnable, c'est ce que l'on en fait qui peut l'être. Ils ne peuvent que vous faire du mal. J'obéis seulement à mon idée fixe de tâcher d'imiter la nature et à l'idéal que je me fais du dressage en observant les chevaux en liberté. Toutefois, leur emploi, quoique très rapproché dans le temps, ne doit pas être absolument simultané. En cas de conflit, la plupart des non-cavaliers se rangeront intuitivement du côté du cheval et contre les cavaliers, les juges et les éleveurs. Il est généralement plus simple, mentalement ou émotionnellement, de s'exercer à de nouvelles postures à pied avant de transposer ces nouvelles sensations et ces nouvelles attitudes en selle. Quel est donc le plus grand maître que je peux côtoyer tous les jours ? Par la prise de conscience de soi-même et avec un peu de pratique, vous pouvez reconnaître et profiter de toutes les occasions qui se trouvent sur votre chemin. […]. ", "Les figures qui de nos jours composent encore les airs de haute école avaient donc autrefois un but d'utilité qui depuis longtemps a cessé d'exister. "Aujourd'hui, on assiste couramment à des démonstrations de "dressage" quasi instantané des jeunes chevaux qui sont "chassés" en liberté dans un rond de travail jusqu'à ce qu'ils viennent d'eux-même vers le dresseur et acceptent alors de se plier, apparemment docilement, à ses demandes. Ainsi, nous nous donnons les moyens de changer, de progresser et nous cessons donc de subir nos habitudes. Qu'est-ce qui a fait douter certains chercheurs de la réalité de l'incurvation du cheval ? Si, lors d'un virage, il prend l'initiative de se pencher (pensant vous aider), il va déséquilibrer l'engin et vous obliger à faire des manœuvres acrobatiques pour rattraper ce déséquilibre tout en négociant la courbe. Les chevaux y sont sujets. "Un général, cavalier médiocre, avait confié le redressage de son cheval indocile au capitaine Charles Raabe. En général, les élèves des enseignants qui pratiquent volontairement l'humiliation ne disent rien parce qu'ils ont peur. Savoir d'abord, essayer de bien faire ensuite. L'écuyer répondit : "Monseigneur, il y a environ soixante ans que je travaille pour apprendre cela et vous me demandez là tout ce que j'ambitionne précisément de savoir !". Pas de cravache, et récompenser d'abondance. Tom m'a appris à ne pas me soucier d'un gros problème mais de le fragmenter en petits problèmes et de travailler sur chacun d'entre eux. Vous ferez une nouvelle tentative après avoir retrouvé votre calme pour pouvoir appréhender les choses sous un autre angle. ", "Pour qu'un résultat soit définitivement acquis, il doit être confirmé et généralisé." La chose est très grave car il lui sera beaucoup plus difficile par la suite d'acquérir une "bonne main". En effet, l'estimation de la distance est effectuée par le cerveau qui compare les images renvoyées par les deux yeux. ", "Votre cheval vous ressemble comme votre reflet dans un miroir.". Un cheval qui "pétarade", qui joue, qui rit est un cheval heureux qui sera beaucoup plus généreux au moment du travail. Il faut l'aimer sans attendre pour autant d'être aimé en retour, le séduire sans jamais savoir s'il éprouve réellement une attirance pour vous ou si, simplement, il vous tolère. Pénible transformation, qui prend des années, durant lesquelles il faut sans cesse lutter contre des réflexes que l'on adopte... tout le reste du temps. "Le général Lhotte a raconté, dans Questions équestres, que, se trouvant dans un régiment, il faisait sauter à tout son escadron une sorte de gros tronc d'arbre, quand il constata la chose suivante: lorsque les cavaliers arrivaient, pourtant uniquement sur les rênes de filet et avec ordre "d'ouvrir les doigts" au moment du saut, il entendait de nombreux chocs provoqués par des sabots touchant l'obstacle. D'une façon générale les progressions ne sont jamais constantes, leurs graphiques sont en dents de scie. "La marche d'une seule piste en ligne droite est déjà moins défavorable que la station à la mobilité de la mâchoire, pourvu que l'allure employée, pas ou petit trot, par exemple, ne réclame pas d'efforts musculaires trop accentués. Le général a cheval, exprime alors sa satisfaction : - Capitaine, je crois que mon cheval me reconnaît ! Les rênes sont alors semi-tendues, sans poids pour le cavalier.". La neutralité de la barrière nous permet ce dédoublement. Les actions de la main doivent être successives, et non continues, et s'exercer de bas en haut, à chaque battue. C'est en effet ce début qui va mettre en place chez le jeune cheval ses impressions initiales, agréables ou désagréables, qu'il gardera toute sa vie et qui détermineront, ou non, son obligatoire adhésion au travail ; car dresser un cheval pourrait aussi se définir comme la démarche amenant un cheval à aimer le travail. "Savoir avec à-propos récompenser le cheval en lui redonnant sa liberté de mouvement est le plus sûr chemin vers l'impulsion, ce désir incoercible du mouvement en avant. Denoix (Approche de la kinésithérapie du cheval), "Si vous l'avez c'est pour la vie, c'est une maladie incurable. ", "Nous pouvons seulement attendre de la part du cheval le même degré de sensibilité que nous lui montrons. Elle avait peu confiance dans les capacités des étudiants "lents" et ils eurent des difficultés, étant à peine capables de satisfaire les exigences les plus élémentaires. Tout à coup quelque chose m'incita à me retourner. C'est ça le plus extraordinaire. ", "Demander souvent ; se contenter de peu ; récompenser beaucoup. A cheval, je ne fais que cela. Pas de chevaux désobéissants : des cavaliers qui ne font pas ce qu'il faut. Le plus difficile, c'est que nous avons tous la fâcheuse tendance à mettre en jeu notre égo, que ce soit dans l'échec ou dans la réussite. Il découvre, en lui et à pied, une solution qu'il transpose ensuite lorsqu'il est en selle. […] L'alternance du galop à battues comptées sur l'un et l'autre pied, sans allure intermédiaire, constitue l'air des changements de pied, dits "au temps" ou "du tact au tact". La petite remise de main, à l'inverse assure le maximum de contrôle pour un minimum de liberté, bien que le cheval ne doive à aucun moment sentir d'à coup sur la bouche lorsqu'il saute. La raison fondamentale qui nous pousse à monter à cheval, c'est justement de sentir cet échange entre nos deux espèces dont ne peut plus se passer après y avoir goûté.". Le cavalier perd beaucoup dans cet abandon : l'estime de lui, le lien affectif avec le cheval, la famille équestre. Elle adoptait le souci de musculation germanique, les avantages énormes donnés par "le contrôle permanent" (prôné autrefois par certains cavaliers français) mais en évitant les pertes d'expression musculaire engendrées par des contractions, en dressant le cheval à travailler dans une totale légèreté. Petite ou grande, lointaine ou proche, tout ce dont vous faites l'expérience et que vous ressentez comme mauvais ou que vous n'aimez pas, il vous incombe de le soigner, parce qu'il n'existe sous la forme que vous connaissez qu'en tant que projection de quelque chose en vous. C'est le charme suprême auquel rien ne saurait être comparé. Lorsque vous "essayez" de faire un effort, on dirait que vous le faites à contrecœur. Promenades dans les plus jolis sites à l'air si pur de l’aurore, vitesse, sauts, chasse à courre, succès en public, etc., tout cela amène peut-être plus d'excitation, d'enthousiasme, mais rien n'égale le charme réel, complet, pur de tout sentiment étranger à l'équitation, que la légèreté procure. Lorsque nous rentrons la nuit dans une pièce noire, notre main appuie sur le commutateur, et nous SAVONS que la lumière va s'allumer. ", "Aimer le cheval, faire montre de gentillesse envers lui, mettre en pratique le concept de heART dans son équitation n'interdit pas pour autant de marquer des limites franches et justes. Le cavalier ressent alors une complétude, une communion profonde avec son cheval et ce qui l'entoure. Dès qu'on l'en sortira, tout l'inconnu dont il sera environné lui fournira d'innombrables causes de surprise, de trouble, de frayeur, ou d'excitation. Il essaie de se conformer à telle ou telle méthode. De plus, le rein et toutes les articulations de l'arrière-main ont besoin d'être longuement préparés par une gymnastique appropriée à la surcharge réelle qui résulte du relèvement d'encolure avec ramener. C'est le don qu'il me fait, il m'oblige et me figure. ", "Peu importe ce qu'on pratique : course, saut d'obstacle, dressage, randonnée ou loisir. Pas un cheval ne touchait l'obstacle. ", "Aujourd’hui, plus j’avance dans l’étude du travail sans mors et sans éperons et plus je me dis que finalement des pans entiers de l’équitation concernent peut-être l’art de régler avec un mors et des éperons des problèmes qu’on n’aurait pas sans eux…, Pour moi, très subjectivement, un cheval qui n’a plus de fer ni dans la bouche ni contre les flancs semble véritablement transformé en termes d’écoute de son cavalier, de relaxation et de réactivité.". Donc avec nous, c'est pareil, on créé des moments : on joue, puis on s'arrête, on revient au calme, puis on bosse, etc. Malheureusement, on semble considérer de plus en plus que la "voie traditionnelle", qui demandait un long travail de base approfondi, est aujourd'hui dépassée. ", "J'ai rencontré des chevaux avec des surnoms idiots qui n'ont rien à voir avec leur stature et les démoralisent de fait, d'autres qui infèrent une nature à problème ou un "côté sombre". Et sur ce point, s'accroche l'entière prémisse du Paddock Paradise : notre challenge est de créer un espace vivant pour l'esprit équin, et pas pour le nôtre. ", "Aussi longtemps que le cheval ne conserve son élévation d'encolure qu'en l'étayant plus ou moins sur la main par la tension des rênes ; aussi longtemps qu'il la laisse retomber dès que le cavalier cesse de faire agir les rênes de bas en haut en élevant la main, le cheval n'est pas "relevé du devant." Puis demandez à un aide de venir desserrer la non moins réglementaire muserolle, et de donner quelques morceaux de sucre au cheval. - Tu n'es pas digne d'être ma femme. Dans mon corps je ressens à travers lui, le sol, la pierre qui roule, la terre cède, je me sens un, agrandi par ce corps animal, parabole terrestre captant à tout instant l'information de l'instant. Nous voyons que le conditionnement opérant à renforcement négatif est l'expression même de l'équitation de légèreté. Nous, nous les y encourageons, et pour la plupart, ils deviennent très communicatifs. Il emploie juste des méthodes de dominance avec lesquelles il protège son espace personnel mais, comme pour tout ce qu'il fait, il le fait avec son raisonnement et non ses émotions. S'il ne le fait pas de lui-même, je fais en sorte qu'il recherche confort et protection auprès de moi. Ils n'excellèrent pas, mais n'échouèrent pas non plus. Fais Nord-est, et vous aurez un bon compromis. C'est ainsi que les "principes d'équitation" du Livre I, rappellent judicieusement les traits dominants de la "nature du cheval" et en tirent des prescriptions générales : "Le dressage d'un cheval ne se juge pas seulement à la qualité de ses allures sous le cavalier, mais aussi à la sauvegarde de son naturel et de sa personnalité. Cette notion d'inhibition, cette capacité à ne pas répondre immédiatement au stimulus, nous permet peu à peu de nous défaire de nos habitudes. Celui qui montre de la patience, de la gentillesse et de la tolérance sera aimé par un chat. […] Entre ces deux formes extrêmes de leur emploi, les jambes sont utilisées dans leur rôle impulsif par vibrations des mollets, résultant de brèves contractions de leurs muscles sans déplacement visible du bas de la jambe. Faites ce que vous pouvez pour faciliter sa dérive, mais sans perdre le contrôle de la zone 1 : autrement dit, ne le laissez pas se détourner du danger. Ces buts peuvent s'exprimer en trois mots : Calme, en avant, droit. Si nous lui procurons ce sentiment de sécurité qu'il recherche, il se livrera volontiers à nous. Si vous faites preuve des qualités du leader et que vous lui offrez votre amitié, la sécurité et l'opportunité de jouer, le cheval vous respectera et vous obéira sans conditions. J'ai commencé à penser aux quelque 50 billions de cellules qui composent mon corps et qui, à l'autre bout de la chaîne, reçoivent ce sentiment hostile. Disons que ce serait pour nous l'équivalent d'une barre chocolatée ou énergisante : beaucoup de calories mais peu de remplissage de l'estomac ! Je ne suis pas en accord avec toutes les phrases retranscrites, mais elle m'ont séduit Ou intéressé, fait rire, fait réfléchir. En dehors de cette position de base, il n'y avait pas de doctrine officielle française concernant le concours hippique et les problèmes posés par cette discipline devaient être résolus par les pratiquants eux-mêmes. Un cheval passant du pas au trot, et du trot au galop, cherche instinctivement à reporter du poids sur ses épaules. Tout ce que nous faisons, nous le faisons particulièrement lentement, en y pensant et paisiblement. Faites en sorte que le cheval se livre volontiers à l'exercice et non sous la contrainte. Ils sont mangés en quelques minutes, remplissant rapidement l'estomac puis le laissent vide pendant de longue heures, l'exposant à une quantité d'acides produite pour digérer de l'herbe 12h à 18h par jour... Couplées à de l'exercice physique, ces conditions favorisent le développement d’ulcères gastriques. ", "Que pour leur malheur, le créateur n'ait pas donné aux chevaux la possibilité de s'exprimer ainsi ne doit en aucune façon excuser les cavaliers d'ignorer ou de prétendre ignorer ce qu'ils leur font ressentir lorsque, faute d'un dressage insuffisant, ils ont recours aux actions de force pour se faire obéir. Le magenta et sa couleur complémentaire, le bleu-vert, sont vus comme du gris. Dans cette position, il a encore la possibilité de s'échapper en reculant même s'il est moins rapide qu'en avançant. ", "Rien ne conserve autant les membres et la poitrine d'un cheval que le calme dans le travail, de même que rien ne les détruit plus que les corrections injustes et violentes du mors, et les attaques de la colère.